Accueil Prendre rendez-vous en ligne
Lundi, 15 Novembre 2010 00:34

Foire aux Questions

FAQ Rhinoplastie

1. C’est quoi une rhinoplastie ou une rhino-septoplastie ?
2. Quelle est la différence entre une rhinoplastie esthétique et une rhinoplastie fonctionnelle ?
3. Y a-t-il un âge minimum pour bénéficier d’une rhinoplastie ?
4. Combien de temps dure l’intervention de la rhinoplastie ?
5. Combien de temps devrais-je être hospitalisé pour une rhinoplastie?

6. Quel est le type d’anesthésie à envisager pour une rhinoplastie ?
7. Est-ce qu’il y a des cicatrices  cicatrices visibles ?
8. La rhinoplastie est-elle douloureuse ?
9. L'ablation des mèches est-elle douloureuse ?
10. Combien de temps devrais-je conserver  l’attelle ou le plâtre?
11. Qu’est ce qu’une rhinoplastie secondaire ?
12. Que faut-il éviter après une rhinoplastie ?
13. Quand pourrais-je apprécier le résultat définitif de ma rhinoplastie ?
14. Dans quels cas l’intervention de la rhinoplastie est elle prise en charge par la sécurité sociale ?

FAQ  Oreilles décollées

1. En quoi consiste l’intervention de l’otoplastie ?
2. A quel peut-on bénéficier d’une chirurgie des oreilles décollées ?
3. Combien de temps dure l’intervention de l’otoplastie ?
4. Combien de temps devrais-je être hospitalisé pour une otoplastie ?
5. Quel type d’anesthésie est nécessaire pour une otoplastie ?
6. Doit-on porter un pansement après l’intervention ?
7. Ressent-on des douleurs après l’intervention ?
8. Y a-t-il des complications liées à l’intervention ?
9. Dans quels cas l’intervention de l’otoplastie est elle prise en charge par la sécurité sociale ?

FAQ ronflements et apnées du sommeil

1. Qu'est qui provoque le ronflement ?
2. Le ronflement est-il une maladie ?
3. Les traitements contre le ronflement sont-ils efficaces ?
4. Qu’est-ce qu’une apnée ?
5. Quelles sont les conséquences des apnées sur le sommeil ?
6. Y a-t-il un lien entre ronflements et apnées ?
7. Quelles sont les signes évocateurs d’apnées do sommeil ?
8. Comment faire le diagnostic des apnées sur le sommeil ?
9. Quelles sont les traitements possibles des apnées du sommeil ?

FAQ injections faciales

1. En quoi consistent les injections d’acide hyaluronique ?
2. L’acide hyaluronique est-il dangereux ?
3. Pour quel type de ride peut-on l’utiliser ?
4. Combien de temps dure une séance d’injections d’acide hyaluronique ?
5. Les injections d’acide hyaluronique sont-elles douloureuses ?
6. Y a-t-il des risques liés aux injections d’acide hyaluronique ?
7. Quelles activités doivent être suspendues et pendant combien de temps ?
8. Quand pourrais-je apprécier le résultat des injections d’acide hyaluronique ?
9. Pendant combien de temps puis-je conserver l’effet des injections d’acide hyaluronique ?
10. Qu'est-ce que la toxine botulique (Botox)?
11. Comment se déroule les séances?
12. Combien de temps dure l’effet de l’injection ?
13. La toxine botulique est-elle sans danger ?
14. La toxine botulique a-t elle des effets indésirables ?
15. Y-a-t il des contre-indications aux injections de toxine botulique ?

FAQ  Lipofilling

1. Pourquoi faire un lipofilling plutôt qu'une injection d’acide hyaluronique?
2. Le traitement et dit douloureux?
3. A quel moment évaluer le résultat de ce type d'injection?
4. Peut-on associer un lipofilling à un autre geste esthétique?

5. Peut-on faire un lipofilling alors que d'autres types d'injection ont déjà été pratiquées?

--------------- retour en haut ---------------

FAQ Rhinoplastie

1. C’est quoi une rhinoplastie ou une rhino-septoplastie ?

La rhinoplastie ou rhino-septoplastie  sont des chirurgies  du nez dont  le but est de corriger certaines disgrâces ainsi que d’éventuels problèmes de respiration nasale pouvant handicaper autant fonctionnellement qu’esthétiquement. Cette intervention  doit permettre d’obtenir un nez d’aspect naturel, proportionnel à l’équilibre du visage et fonctionnel c'est-à-dire qui respire, qui sent et qui filtre.

2. Quelle est la différence entre une rhinoplastie esthétique et une rhinoplastie fonctionnelle ?

La rhinoplastie esthétique a pour but de modifier la pyramide nasale, soit au niveau de sa partie supérieure osseuse, soit au niveau de sa partie inférieure  cartilagineuse alors que la rhinoplastie fonctionnelle a pour but de corriger des problèmes respiratoires souvent causés par une déviation de la cloison nasale associée. Les 2 demandes peuvent être associées et corrigées par le même geste chirurgical, il s’agit alors d’une rhinoplastie mixte

3. Y a-t-il un âge minimum pour bénéficier d’une rhinoplastie ?

En général on attend 1 à 2 ans après la puberté c'est à dire 16/17 ans chez une fille, 17/ 18 ans chez un garçon. Il est important de respecter la fin de la croissance, et de s’assurer de la stabilité réelle des motivations.

4. Combien de temps dure l’intervention de la rhinoplastie ?

L’intervention de la rhinoplastie dure entre 30 min à 2 heures 30 selon le type de geste .Un simple temps de pointe prend 30 minutes, une rhinoplastie de reconstruction par voie externe avec greffe peut durer 2H30, le temps opératoire moyen est d’une heure.

5. Combien de temps devrais-je être hospitalisé pour une rhinoplastie?

L’hospitalisation pour une rhinoplastie varie d’une demi journée pour un geste de pointe à maximum 48 heures, le plus souvent 24 heures sont suffisant  et permettent de passer la nuit hospitalisé suivant la chirurgie.

6. Quel est le type d’anesthésie à envisager pour une rhinoplastie ?

C’est généralement l’anesthésie générale qui est pratiquée dans la plupart des cas de rhinoplastie étant donné la longueur du geste et la nécessité de protection des voies aériennes supérieures . Il est alors nécessaire d’être à jeun, c’est-à-dire de ni boire, ni manger, ni fumer au moins 6 heures avant l’intervention. Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne devra être ingéré dans les 10 jours précédant l’intervention. Le cas du geste cartilagineux isolé permet une anesthésie locale ou vigile.

7. Est-ce qu’il y a des cicatrices  cicatrices visibles ?

Dans la grande majorité des cas il n’y a pas d’incision cutanée, tout se passe par l’intérieur donc il n’y a pas de cicatrice.

Dans 2 circonstances il peut y avoir des cicatrices :

- en cas de voie externe (10 à 15 % des rhinoplasties), la cicatrice est située sous la pointe du nez  et très peu visible avec le temps,

- en cas de plastie narinaire, la cicatrice est située dans un pli, totalement invisible

8. La rhinoplastie est-elle douloureuse ?

La douleur est  souvent  très modérée, il s’agit plutôt de sensation de tête lourde sensible aux antalgiques mineurs type paracétamol.  Peut s’y associer une sensation d’inconfort  liée à la nécessité de respiration buccale exclusive lors de la présence des mèches durant 24 heures.

9. L'ablation des mèches est-elle douloureuse ?

Non, c'est un geste désagréable  mais non douloureux, l'ablation des mèches dure quelques secondes il s'en suit un petit saignement, mais rapidement vous pouvez reprendre une respiration par le nez.

10. Combien de temps devrais-je conserver  l’attelle ou le plâtre?

En moyenne 10 jours.

11. Qu’est ce qu’une rhinoplastie secondaire ?

Une rhinoplastie secondaire est une rhinoplastie effectuée chez un patient ayant déjà été opéré et non satisfait du résultat. 3 interventions sont le maximum envisageable pour un même patient.

12. Que faut-il éviter après une rhinoplastie ?

  • Un arrêt de travail de minimum 3 jours jusqu’à une semaine est conseillé selon votre activité professionnelle.
  • Le mois suivant la rhinoplastie, il est important d’éviter tout effort physique important et  bien évidemment tous sport de contact
  • Le port des lunettes est à éviter le plus possible
  • Il est fortement recommandé d’éviter l’exposition au soleil pendant 3 mois.
  • L’arrêt du tabac est fortement préconisé

13. Quand pourrais-je apprécier le résultat définitif de ma rhinoplastie ?

Votre nez sera présentable dans la rue au bout d’une semaine. On a une idée du résultat au bout d’un mois, mais le résultat est obtenu définitivement au bout d’un an.

14. Dans quels cas l’intervention de la rhinoplastie est elle prise en charge par la sécurité sociale ?

En cas de déformations complexes réalisant une gêne respiratoire chronique ou dans le cas d’une atteinte post traumatique,  une prise en charge peut être demandée exclusivement par un chirurgien Orl auprès du médecin conseil de la sécurité sociale en effectuant une demande d’entente préalable.

Dans le cas où la prise en charge est acceptée une participation financière du patient est à envisager, celle-ci pourra être remboursée partiellement ou totalement par les mutuelles complémentaires, en fonction du contrat souscrit.

Dans les autres cas les actes sont non remboursables, un devis doit obligatoirement être remis au patient, comportant le détail de toutes les prestations qu’il aura à régler. Le patient dispose d’un délai raisonnable de réflexion (15 jours) pour faire part de sa décision, sans que cela lui porte un quelconque préjudice ou engage la moindre dépense supplémentaire, hormis la consultation


--------------- retour en haut ---------------


FAQ  Oreilles décollées

1. En quoi consiste l’intervention de l’otoplastie ?

L’otoplastie consiste à remodeler les pavillons d’oreilles afin qu’ils soient mieux plicaturés et donc moins visbles notamment de face.

2. A quel peut-on bénéficier d’une chirurgie des oreilles décollées ?

Il est préférable d’attendre le CP c'est-à-dire vers l’âge de 6 ans, il est fondamental d’attendre que l’enfant en fasse la demande.   S’il exprime ce souhait cela traduit souvent une vraie souffrance qu’il faut prendre en considération car l’enfant à cet âge n’aime pas être différent et les enfants entre eux ne sont pas souvent très tendres…

3. Combien de temps dure l’intervention de l’otoplastie ?

L’intervention  prend entre 30 min à 1 heure.

4. Combien de temps devrais-je être hospitalisé pour une otoplastie ?

Pour les enfant s 24 heures d’hospitalisation sont préférables pour les adultes une hospitalisation ambulatoire de quelques heures est suffisante.

5. Quel type d’anesthésie est nécessaire pour une otoplastie ?

Pour les enfants une anesthésie générale est nécessaire, pour les adultes une anesthésie locale éventuellement potentialisée est possible.

6. Doit-on porter un pansement après l’intervention ?

À la sortie du bloc opératoire vous vous réveillerez avec un pansement compressif pour maintenir vos oreilles  celui-ci est vérifié le lendemain et enlevé au 3° jour.

Il est préférable de porter un bandeau la nuit pendant un mois.

7. Ressent-on des douleurs après l’intervention ?

Les suites de l’intervention de la chirurgie des oreilles décollées, ne sont généralement pas douloureuses en dehors de la nuit qui suit l’intervention,  mais vos oreilles seront plutôt plus sensibles durant de nombreuses semaines.


8. Y a-t-il des complications liées à l’intervention ?

Malgré la rareté des complications, il est toutefois important de prendre en compte les risques encourus par cette intervention

  • Des hématomes  qui sont précoces et doivent être évacués, ils sont différents cependant des ecchymoses fréquentes et qui disparaissent en 15  jours
  • Une infection du pavillon de l’oreille ou chondrite, exigeant une aseptie rigoureuse pour cette intervention
  • Des cicatrices chéloides c'est-à-dire volumineuses et disgracieuses.

Toutes ces complications sont cependant rares.

9. Dans quels cas l’intervention de l’otoplastie est elle prise en charge par la sécurité sociale ?

La Sécurité sociale rembourse l’otoplastie dans le cas où la déformation entraîne une gène sociale importante.

Dans le cas où la prise en charge est possible  une participation financière du patient est à envisager, celle-ci pourra être remboursée partiellement ou totalement par les mutuelles complémentaires, en fonction du contrat souscrit.

Dans les autres cas les actes sont non remboursables, un devis doit obligatoirement être remis au patient, comportant le détail de toutes les prestations qu’il aura à régler. Le patient dispose d’un délai raisonnable de réflexion (15 jours) pour faire part de sa décision, sans que cela lui porte un quelconque préjudice ou engage la moindre dépense supplémentaire, hormis la consultation


--------------- retour en haut ---------------


FAQ ronflements et apnées du sommeil

1. Qu'est qui provoque le ronflement ?

Le ronflement est le résultat d'une vibration des tissus mous naso-pharyngés, intéressant le voile du palais, la base de la langue, et les parois pharyngées. Au-delà de 40 ans, 60% des hommes et 40% des femmes ronflent épisodiquement. Mais seulement 25% des hommes et 15% des femmes souffrent d’un ronflement important.  Les ronflements sont favorisés par la fatigue, la prise d'alcool ou de tranquillisants le soir et  le surpoids.

Par ailleurs, dans nos pays occidentaux, 4 % de la population présente un syndrome plus grave, celui d'Apnées du Sommeil ou SAS. Cette population compte 75% d'hommes.

2. Le ronflement est-il une maladie ?

Outre l'aspect anecdotique et banal de ce symptôme, celui-ci peut masquer une autre pathologie beaucoup plus sérieuse, les apnées du sommeil. Les conséquences de ces apnées peuvent être à cours terme une fatigue diurne avec somnolence et à moyen terme une importante augmentation du risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral. Il est très difficile de savoir par le simple interrogatoire si vous souffrez d’apnées ou non. Il est vivement recommandé de réaliser un enregistrement nocturne de dépistage à domicile.


3. Les traitements contre le ronflement sont-ils efficaces ?

Il faut distinguer le traitement du ronflement isolé de celui du ronflement avec apnées du sommeil.Pour le ronflement des mesures simples s’imposent :

-        Sommeil latéral

-        Perte de poids

-        Suppression de l’alcool et des somnifères ou anxiolytiques le soir

Le reste des traitements est à envisager en fonction de l’anatomie du patient, il n’y a aucune recette applicable à tous les individus :

-       Chirurgie de désobstruction nasale en cas de nez bouché

-       Traitement du voile et de la luette en cas de volume et de flacidité excessive (radiofréquence, laser, chirurgie)

-       Ablation des amygdales lorsqu’elles sont volumineuses

-       Orthèse de protraction mandibulaire en cas d’excès de volume de langue ou de machoire rétropositionnée

4. Qu’est-ce qu’une apnée ?


L'apnée est un arrêt respiratoire qui dure au moins 10 secondes, ce qui est anormal, de même que les baisses de l’amplitude respiratoires associées à une baisse de l’oxygène dans le sang (désaturation) appelées hypopnées.L'importance des apnées et des hypopnées se mesure par l'indice d'apnées/hypopnées (IAH.) qui est le nombre d'apnées et d’hypopnées durant une heure de sommeil. Certaines apnées du sommeil peuvent durer jusqu'à 30 secondes. Quelques apnées isolées, banales et sans danger, n'entraînent pas de trouble particulier mais lorsque ce taux dépasse 5/heure il s’agit d’un sommeil pathologique, c'est-à-dire un sommeil d’apnées obstructives du sommeil débutant.


5. Quelles sont les conséquences des apnées sur le sommeil ?

Les apnées surviennent lorsque l’hypotonie est maximum c'est-à-dire en sommeil profond et paradoxal, elles induisent le plus souvent un retour en sommeil superficiel, plus rarement un éveil conscient.
C'est pourquoi le dormeur apnéïque a l'illusion de dormir normalement. Une personne qui présente 30 apnées par heure subira environ 30 changements de stade  à l'heure soit un toutes les deux minutes. Ces micro-éveils perturbent les phases de sommeil profond réparateur  et provoque une hyperfragmentation du sommeil. Ce déficit de sommeil profond entraîne une fatigue matinale caractéristique et une somnolence diurne fréquente.

6. Y a-t-il un lien entre ronflements et apnées ?

La quasi-totalité des patients (95%) ayant des apnées obstructives sont des ronfleurs. On peut considérer que le ronflement est un stade précurseur des apnées obstructives et que l’évolution du ronflement simple vers l’apnée est lente et progressive. Un bilan spécifique sera donc systématiquement demandé chez les gros ronfleurs.


7. Quelles sont les signes évocateurs d’apnées do sommeil ?

Devant l’existence d’un ronflement il faut rechercher certains symptômes évocateurs d’apnées :

-        Fatigue  au réveil, sensation que la nuit à servit à rien associée à des maux de tête

-        Somnolence dans la journée plus particulièrement après les repas, endormissement  facile

-        Réveils nocturnes

-        Sommeil agité avec cauchemars

-        Pauses décrites par le conjoint

8. Comment faire le diagnostic des apnées sur le sommeil ?

Le dépistage des apnées du sommeil et du ronflement se fait désormais facilement par un enregistrement durant une nuit.
• La polygraphie qui se réalise au domicile du patient
Ce test permet d'enregistrer plusieurs paramètres : Ronflements, oxygène sanguin, mouvements respiratoires, tonus musculaire et passage de l'air dans le larynx.
• La polysomnographie qui se réalise hospitalisé avec des électrodes sur la tête
Ce test enregistre aussi l'électroencéphalogramme. Il permet d'avoir un enregistrement des cycles du sommeil.

Ces deux enregistrements permettent de quantifier les apnées et les ronflements. Ils sont indispensables pour effectuer un diagnostic précis.

9. Quelles sont les traitements possibles des apnées du sommeil ?

Le traitement des apnées du sommeil s’envisage en fonction de sa sévérité.

A partir d’un taux d’apnées supérieur à 30/heure le meilleur traitement est la mise en place d’une ventilation nocturne qui agira comme une  atèle pneumatique empêchant les voies aériennes de se refermer.

Si le taux d’apnée est moins important, outre l’amaigrissement qui doit être systématique il est possible d’envisager :

-        Une orthèse de protraction mandibulaire sur mesure type NARVAL

-        Une intervention chirurgicale combinant  une désobstruction nasale et une plastie pharyngée

De façon beaucoup plus exceptionnel on envisage une chirurgie d’avancée de la machoire, maxillaire et mandibulaire.

 

--------------- retour en haut ---------------

 

FAQ injections faciales

1. En quoi consistent les injections d’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique  est une molécule naturellement présente  dans la peau ayant pour rôle d’hydrater les tissus en captant l’eau et en la maintenant dans les couches profondes. Avec l’âge, il diminue et favorise alors le dessèchement l’apparition des rides.

L’acide hyaluronique est don injecté sous la forme d’un gel transparent plus ou moins profondément en fonction des sites permettant de corriger les rides ou les dépression en corrigeant un déficit naturel de substance et en améliorant l’hydratation des tissus.

2. L’acide hyaluronique est-il dangereux ?

Les injections d’acide hyaluronique sont des injections de comblement faisant partie de la famille des implants résorbables. C’est cette particularité qui assure sa sécurité d’emploi ne provoquant pas de granulome, c’est ce qui explique l’énorme développement de ce type d’injection dans le monde ces dernières années.

3. Pour quel type de ride peut-on l’utiliser ?

L’acide hyaluronique se présente sous plusieurs épaisseurs (réticulation), pour les rides superficielles ou les lèvres, il est fluide et peu réticulé, pour les rides plus profondes il est plus épais.

L’acide hyaluronique peut également être très réticulé, il sera alors injecté en profondeur afin de combler des dépressions et avoir un rôle volumateur.

Attention dans les rides dynamiques du front il est préférable de paralyser le front dans un premier temps afin d’éviter que les muscles chassent le produit de la ride.

4. Combien de temps dure une séance d’injections d’acide hyaluronique ?

La séance d’injection d’acide hyaluronique est assez rapide. Elle ne dure qu’une dizaine de minutes.
Il faut cependant renouveler la séance tous les 8 à 12 mois pour entretenir le résultat.

5. Les injections d’acide hyaluronique sont-elles douloureuses ?

Les injections d’acide hyaluronique provoquent une douleur correspondant à la piqure avec une aiguille très fine, généralement peu douloureuses, elles ne nécessitent pas d’anesthésie. Toutefois, il peut s’avérer nécessaire de pratiquer une anesthésie locale par crème anesthésiante ou par injections, en cas de sensibilité plus importante

6. Y a-t-il des risques liés aux injections d’acide hyaluronique ?

Malgré la rareté des complications explique le développement de ces injections on peut juste constater quelques soucis temporaires , des hématomes ou  des gonflements plus ou moins, quelques troubles de la pigmentation, de la sensibilité ou des démangeaisons. Des granulomes (petits nodules indurés, plus ou moins sensibles) peuvent apparaître provisoirement.

7. Quelles activités doivent être suspendues et pendant combien de temps ?

Vous pourrez reprendre toute activité directement après les injections à l’acide hyaluronique, même s’il existe une rougeur temporaire aux points d’injection.

Cependant, au cours des heures suivants les injections d’acide hyaluronique, certaines précautions sont à prendre en compte pour éviter toute complication :

  • Il est préférable d’éviter tout effort les 3 premières heures.
  • Il est conseillé d’éviter une séance prolongée chez le dentiste
  • Il est important d’éviter de prendre de l’aspirine ou anti-inflammatoires avant et après les injections.
  • Il est fortement recommandé d’éviter l’exposition au soleil et à la chaleur.

8. Quand pourrais-je apprécier le résultat des injections d’acide hyaluronique ?

Le résultat des injections d’acide hyaluronique apparaissent immédiatement après votre séance, l’effet de l’injection étant isovolumétrique.

9. Pendant combien de temps puis-je conserver l’effet des injections d’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique étant un produit résorbable ce qui garantie sa parfaite sécurité d’utilisation .La durée d’efficacité du produit dépend du type d’acide hyaluronique utilisé (réticulation) et peuvent varier de 6 à 12 mois.  Il est fortement recommandé de respecter un délai de 3 mois minimum entre chaque séance pour garantir l’efficacité de l’acide hyaluronique. Une réinjection peut être envisagée entre 6 et 12 mois.

10- Qu'est-ce que la toxine botulique (Botox)?

La toxine botulique est une molécule qui permet de bloquer localement et temporairement la mobilité d’un muscle, c’est la molécule la plus extraordinaire utilisée aujourd'hui en médecine esthétique. Elle permet d'effectuer des soins de rajeunissement qu'aucun cosmétique ne pourra jamais obtenir. Ses effets sont réellement visibles au bout de quelques jours. La toxine botulique  possède à la fois des effets sur les muscles responsables de la formation des rides mais également sur la peau avec un effet lissant incomparable. La toxine botulique peut être utilisée sans danger en association avec un produit de comblement comme l'acide hyaluronique, notamment lorsque la peau est très cassée, il faut commencer par la toxine puis injecter l’AH 2 semaines plus tard.

11- Comment se déroule les séances?

La première consultation est la réunion d'informations sur la nature du produit injecté, les indications et contre-indications selon le terrain du patient, les incidences éventuelles sur la vie du patient, ... etc. Tout doit être dit ... et abordé. Des photos sont réalisées.
Il faut savoir que l’effet du produit ne sera pas stabilisé avant 2 à 3 semaines et que des petits inconvénients pourront intervenir pendant cette période (asymétrie, relâchement musculaire transitoire, petits bleus, ...).
Le praticien fait généralement signer à son patient un document qui confirme qu'il a été complètement informé et qu'il prend son choix thérapeutique en toute connaissance de cause, sur ce document figure le prix de la séance.

La séance d'injections commence par un diagnostic musculaire. Chaque groupe de muscles est étudié séparément (grimaces diverses) et le praticien propose à son patient telles ou telles injections. Il n'existe aucun plan d'injections "universel" qui serait applicable à tous les patients.


Une visite de contrôle 2 à 3 semaines après la séance d'injection est programmée. Elle permet de faire le point sur l’efficacité de l’injection et d’effectuer une petite retouche en cas d’asymétrie notamment au niveau des

sourcils.

12- Combien de temps dure l’effet de l’injection ?

Ce temps peut être variable selon l'évolution des rides traitées. Généralement on estime qu'il faut attendre  6 mois avant de refaire une séance d'injections. Ne pas respecter ce délai expose le patient à un risque de vaccination contre la toxine et donc créer des résistances.

L’efficacité de l’injection ultérieure est plus durable, on injecte alors tous les ans.

13- La toxine botulique est-elle sans danger ?

Oui, ... mais c'est un des poisons les plus actifs produits par la nature. Tout est question de dose. La présentation utilisée en médecine esthétique est si faiblement concentrée qu'elle est vraiment sans danger pour l'homme (50U/0,5 ml) dans les zones traitées (rides du front, rides du lion, rides de la patte d'oie).

Chaque flacon comprend 100 unités. Une unité correspond à la dose nécessaire pour tuer la moitié d'un lot de souris (DL50). Pour être dangereuse chez l'homme, cette dose devrait être multipliée par 3000. Nous sommes donc extrêmement loin des concentrations à risque.

14- La toxine botulique a-t elle des effets indésirables ?

Les effets indésirables de la toxine  sont généralement la descente du sourcil ou de la paupière, parfois une élévation du sourcil, plus rarement des difficultés de déglutition lors des injections au niveau du cou ou des troubles de la mimique. Ces troubles, généralement réversibles, peuvent persister quelques semaines.
Ils peuvent être dus également à la formation d'un petit hématome qui aura fait migré le produit  dans une autre zone.
Le vécu post-injections peut être extrêmement différent d'un patient à l'autre, et ce même avec un résultat esthétique comparable. Dans le cas de la toxine  le rajeunissement est obtenu en contrepartie d'une diminution, voire disparition  de certaines expressions du visage, la première séance doit être prudente afin d’être ressentie favorablement par le patient.

15- Y-a-t il des contre-indications aux injections de toxine botulique ?

Il y a des contre-indications définitives ou temporaires aux injections de toxine botulique:

* en cas de grossesse et ou d'allaitement,
* un traitement antibiotique par les aminosides (Amiklin, Gentalline, Streptomycine, ..),
* un traitement anticoagulant récent
* un traitement antiinflammatoire récent
* une hypersensibilité connue  à la toxine de type A
* une myasthénie ou une maladie neuro-musculaire

*une dermatose faciale évolutive ou un herpès en poussée
* une maladie auto-immune

En cas de doute interroger votre praticien lors de la première consultation.


--------------- retour en haut ---------------

 

FAQ  Lipofilling

Pourquoi faire un lipofilling plutôt qu'une injection d’acide hyaluronique?

- pour faire un comblement complet du visage
- pour corriger une dépression avec une atrophie cutanéo-sous-cutanée
- pour avoir un résultat durable dans le temps
- quand les zones à combler sont très volumineuse

Le traitement et dit douloureux?

L'intervention se pratiquent sous AL ou anesthésie vigile, le geste donc totalement indolore, il nécessite cependant  l’univers  d'un bloc opératoire et s’apparente à une véritable intervention.
Après cette intervention il n'y a aucune douleur mais un gonflement inévitable avec parfois des hématomes d'une part au niveau du site du prélèvement (face interne des genoux, abdomen) et d’autre part au niveau des sites injectés.

A quel moment évaluer le résultat de ce type d'injection?

D'un ou deux mois après l'injection le résultat est stabilisé, les cellules graisseuses injectés se comportent alors comme des cellules graisseuses  greffées autonomes. Elles sont susceptibles d'évoluer comme les autres cellules graisseuses de l'organisme.

Peut-on associer un lipofilling à un autre geste esthétique?

Il est habituel de combiner plusieurs gestes esthétiques lors de la même intervention.
Le lipofilling se pratique bien souvent en complément d'une rhinoplastie ou d'un lifting.

Peut-on faire un lipofilling alors que d'autres types d'injection ont déjà été pratiquées?

Le lipofilling consistant en une auto-greffe graisseuse il n'y a aucune contre-indication chez les patients ayant déjà eu tout autre type d'injections

Mise à jour le Dimanche, 17 Juin 2012 18:29